Notre boutique utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur et nous vous recommandons d'accepter leur utilisation pour profiter pleinement de votre navigation.

Panier  

Pas de produit

0,00 € Livraison
0,00 € Taxe
0,00 € Total

Les prix sont TTC

Panier Commander

Catégories

Maladies Auto-Immunes

MALADIES AUTO-IMMUNES (M.A.I.) ou INFECTIONS FROIDES

 

Les Maladies Auto Immunes sont des pathologies de plus en plus fréquentes dans notre civilisation actuelle. Le mode de vie, mais surtout l’alimentation est un facteur clé du déclenchement de la pathologie sur un terrain génétique prédisposé.

Le Pr Jean SEIGNALET (gastro, rhumato, immunologue décédé en 2005) avait, bien avant tout le monde, soupçonné une implication bactérienne dans de nombreuses pathologies et mis en évidence le rôle déclencheur du gluten et des laitages animaux dans de nombreuses M.A.I..

Les travaux du Dr GEFFARD ont mis en évidence le rôle de Yersinia enterolita dans la Thyroïde, la maladie de Crohn, la Spondylarthrite ankylosante : une même bactérie responsable de plusieurs pathologies !!

Enfin, Jean Marie MAGNIEN (pharmacien biologiste) a confirmé les travaux de Seignalet dans son livre « Réduire au silence 100 maladies avec le Régime Seignalet ».

 Le Pr Jean Seignalet avait conçu son régime hypo toxique sans gluten ni laitages sur le principe que le gluten augmente la perméabilité intestinale et peut donc favoriser le passage de fragments protéiques qui déclenchent chez certains, inflammation et auto-immunité. Parmi ces pourvoyeurs d'antigènes figurent en bonne place les protéines laitières et le gluten.

Raillé par les médecins, le régime Seignalet a pourtant permis à des dizaines de milliers de patients de trouver un soulagement. Cette étude confirme le bien-fondé des travaux du Dr Seignalet. Elle est un encouragement pour les personnes souffrant d'auto-immunité ou de maladies inflammatoires chroniques, à faire l'essai d'un tel régime pendant quelques semaines.

C’est ce que je constate lors d’entretiens personnalisés de patients que je réalise depuis 2004.

Ce constat est résumé sous forme de tableau non définitif, car de nombreuses découvertes nous attendent encore. 

Un travail indispensable sur l’immunité

L’immunité est influencée par plusieurs facteurs :

1,L’alimentation : l’élimination des laitages animaux et les aliments contenant du gluten, zéaline, panicine, est fortement recommandée dans cette approche de traitements complémentaires des MAI.

C’est dans ces cas là que le régime Seignalet trouve toute son efficacité : mais il faut une application stricte durant minimum 3 mois.

2,Le microbiote intestinal : il a un rôle important majeur, au point que certain le considère comme un organe à part entière qu’il faut préserver.

Le microbiote intestinal exerce différentes fonctions de défense au niveau de notre tube digestif. Il assure notamment un « effet de barrière » en s’opposant à l’implantation et à la multiplication de bactéries exogènes.

Le microbiote peut également moduler l’impact de toxines produites par les micro-organismes pathogènes, soit en les dégradant, soit en agissant sur leur synthèse, soit en modifiant la sensibilité des entérocytes à ces toxines.

PROBIABASE® , probiotiques composés de 7 souches différentes (Bifidobacterium longum, B. bifidum, Lactobacillus acidophillus, L. casei, L. bulgaricus, L. rhamnosus, Strepto thermophilus), chaque gélule de 450mg apporte 9.5milliards de germes, soit un dosage quotidien particulièrement performant.

3.Vitamine D3: les études démontrant l’intérêt de la D3 dans de nombreuses pathologies, sont de plus en plus nombreuses.

Des maladies auto-immunes (SEP, polyarthrite, Lupus, diabète, Crohn, RCH…) ont été réellement améliorées par un taux sanguin optimal (> ou = à 80ng/ml).

Dans le cas de fibromyalgie (maladie caractérisée par un état douloureux musculaire chronique), le taux de vit D3 est aussi un des éléments à contrôler, car il est souvent bas.

Concernant la thyroïde, l’entrée de l’hormone T3 (la seule active) dans les cellules cibles est dépendante du cortisol ET de la vitamine D3.

Elle intervient positivement dans d’autres pathologies telles que HTA, douleurs articulaires, dépression.

Dans l’asthme, on a observé que, plus le déficit en vitamine D3 était important, et plus les crises d’asthme étaient nombreuses.

Elle joue un rôle central  dans l’activation du système de défense immunitaire et la prévention des cancers.

Notre  spécialité Vitamine D3+K2 en comprimés, dosés à 1.000ui de D3 et 40µg de K2, apporte les besoins optimaux à raison de 3 comprimés par jour. Toutes les deux vitamines sont d’origine naturelle.

4.Acidose : c’est un des facteurs clé de l’élimination des toxines ; un pH urinaire acide, et c’est une accumulation des déchets dans l’organisme, qui conduit à des « pathologies d’encrassage et/ou d’élimination » comme le décrivait déjà le Pr Seignalet.

Le foie et les reins sont débordés dans leur travail d'élimination des acides, la flore digestive se modifie, devient agressive, toxines diverses et bactéries traversent la barrière intestinale devenue poreuse.

L'énergie vitale consommée par ces deux phénomènes, l'est au dépend du système immunitaire.

L'émonctoire de secours qu'est l'appareil respiratoire reçoit par dérivation l'excès toxinique, ses muqueuses irritées et affaiblies constituent un milieu propice au développement des germes.

CITRABASE® est la solution aux excès d’acidose depuis  1996.

Le foie est le carrefour métabolique de l’acidose, un nettoyage hépatique avec du CHARDON-MARIE est recommandé dans toutes les pathologies inflammatoires ou problèmes cicatriciels, ainsi qu’en début de traitement à base d’HE.. (voir fiche Chardon Marie  COSBASE®).

 

TABLEAU INFECTIONS FROIDES: PATHOLOGIES - BACTERIES - HLA

HE= Huiles Essentielles

PATHOLOGIE

BACTERIE

HLA

Régime
SEIGNALET ++

Hygiène

action
des HE

Références

Acné

Staphylo acneis

 

oui

 

oui

 

Psoriasis

Strepto aureus

 

oui+++

 

oui

 

Dermatite Atopique

Strepto aureus

 

oui

 

oui

 

Thyroïde

Yersinia enterocolita

HLA DR3

oui +++

 

oui

Dr Geffard/
Dr Hervieux

Crohn

Yersinia enterocolita

HLA DR3

oui

 

oui

idem

Spondylarthrite ankyl.

Yersinia enterocolita

HLA DR3

oui

 

oui

idem

Spondylarthrite ankyl.

Clamydia trachomatis

HLA B27

 

 

oui

idem

Spondylarthrite ankyl.

Shigella salmonella

oui

Ebringer et al. 1996

Spondylarthrite ankyl.

Helicobacter pylori

 

 

 

oui

Ebringer et al. 1997

Spondylarthrite ankyl.

Klebsiella pneumoniae

 

 

 

oui

Ebringer et al. 1998

Spondylarthrite ankyl.

Pseudomonas aeruginosa

 

 

 

oui

Ebringer et al. 1999

Synd Fiessinger-Leroy-Reiter

Clamydia trachomatis

HLA B27

 

 

oui

Dr Geffard/
Dr Hervieux

Polyarhrite rhumatoïde

Proteus mirabilis

 

oui  +++

 

oui

JM Magnien

Sclérose en plaques

Pseudomonas aeruginosa

 

 

 

 

JM Magnien

Parkinson (certaines formes)

Helicobacter pylori
(asiatique??)

 

 

 

 

Giulia ENDERS

Ulcère d'estomac

Helicobacter pylori
Campylobacter
Salmonelles

 

oui

 

oui

 Dr Martine COTINAT

LUPUS (LED)

virus Epstein Barr

HLA DR3
-DR2

oui

 

 

passeport santé

LYME

Borréliose

 

oui

 

oui

 

Acné

action des HE par voie locale (en gel crème)

et per os

pas de savon

Psoriasis

pas de savon

Dermatite Atopique

pas de savon

  

Réaction de Jarisch-Herxheimer

Lors de traitements de pathologies (comme la maladie de Lyme) avec des antibiotiques, certains patients constatent une augmentation des douleurs. Ceci est dû à la libération de molécules inflammatoires qui tuent les bactéries (ex. Borrelie dans la maladie de Lyme).

Cette réaction est appelée réaction de Jarisch-Herxheimer ; dans la maladie de Lyme, on a une aggravation des symptômes lorsque les spirochètes meurent.

Pour éviter ces exacerbations de la réaction de Jarisch-Herxheimer, lors des prises d’HE préconisées dans un traitement, on peut pratiquer l’administration « pulsée » (prise plusieurs jours d’affilée suivie d’une pause de plusieurs jours). Mais, il vaut mieux donner un traitement continu si le patient le supporte.

Seignalet en parlait déjà dans son livre… « Tous les signes cliniques disparaissent progressivement, aussi bien les douleurs, les ballonnements, les troubles du transit, que la fatigue, les petits troubles psychiques et les malaises. »

Il faut réduire le stress en tant que facteur générateur de réponse inflammatoire.

Le stress est un facteur d’acidose.

La démarche est d’alcaliniser le corps et de faire baisser le taux de cytokines. Les réactions de Jarisch-Herxheimer augmentent les cycles douloureux par production de cytokines.

Le but est de réduire la production de cytokines et de les éliminer en même temps que les autres neurotoxines.

Pendant ces réactions et en cas de maladie grave en général (comme dans le Lyme), le pH du corps devient acide. Ce pH acide perturbe le fonctionnement de l’organisme, car les processus enzymatiques fonctionnent mieux à un pH neutre (aux alentours de 7.4).

Pendant les périodes inflammatoires, les produits de dégradation acides peuvent épuiser les réserves alcalines avec aggravation correspondante des lésions dues à la production de radicaux libres.

Selon le Dr Horowitz, la supplémentation en produits alcalins, permet une amélioration des symptômes : fatigue, douleurs musculaires et articulaires, fièvre, sueurs, bouffées de chaleur, spasmes musculaires et paresthésies ; plusieurs patients ont signalé une amélioration de leur bien-être général en l’espace de quelques minutes. Les produits utilisés par le  Dr Horowitz étaient un mélange citron/citron vert et/ou de l’Alka Seltzer (bicarbonate de sodium, acide citrique).

Le CITRABASE®, complément alimentaire créé en 1996, très dosé en citrates tri-potassique et calcique (et SANS sodium), est le produit alcalinisant par excellence. Nous le conseillons selon un protocole précis avec suivi du pH urinaire avec nos bandelettes COSBASE tricolores précises à 0,5 unité pH.

Le CITRABASE® est à prendre dans le cadre d’une alimentation riche en fruits et légumes dont le PRAL (Potential Renal Acid Load ) est alcalin.

Le CITRABASE® augmente les réserves alcalines ; celles-ci ont un effet tampon sur les résidus acides de l’infection et augmentent la quantité d’antioxydants hydrosolubles disponibles pour lutter contre la production accrue de radicaux libres.

L’alcalinisation augmente aussi l’efficacité des antibiotiques dans la destruction des bactéries intracellulaires. Une étude a démontré la synergie des Huiles Essentielles (HE) dans le traitement par antibiotiques : les HE agissent par lyse cytoplasmique des bactéries ou virus.

 

 

On peut donc s’attendre à un potentiel d’action accru du trio :

CITRABASE® + BACTIBASE® + antibiothérapie.

L’ensemble de la gamme de compléments alimentaires COSBASE® est formulé SANS gluten, ni maïs et SANS lactose.

Les produits sont FABRIQUÉS EN FRANCE.

    

       Sources :

(1)            Pr Jean SEIGNALET  « L’alimentation ou la 3ème médecine »

(2)           Dr Michel GEFFARD « Une nouvelle approche biomédicale des maladies chroniques »

(3)           Dr Horowitz, « Soigner Lyme et les maladies chroniques inexpliquées »

(4)           MAGNIEN Jean Marie, « Réduire au silence 100 maladies par le régime Seignalet »